stephane-chaudesaigues-cavd-caleden

Justice : un report d’audience demandé pour Caleden

L’association CAVD vient d’apprendre que l’avocate de Caleden du cabinet Marlé Plante a demandé un report de l’audience qui devait se tenir le mardi 28 janvier au TGI d’Aurillac. Encore une fois, ni élu départemental, ni élu municipal n’était présent.

Avec cette procédure, les assurances demanderont à la direction de Caleden de justifier de la nécessité de la fermeture du thermoludisme. Décision prise par M. Achalme et lui seul, sans avis d’un expert judiciaire ou d’une commission de sécurité. Et demanderont également pourquoi Caleden a proposé le projet du Plan Thermal en lieu et place d’une réfection, quant à elle nécessaire, due aux erreurs du chantier initial en 2009.

Si Caleden ne parvient pas à fournir ces justifications, la demande d’indemnisation pour la perte d’exploitation pourrait être remise en cause.

Le rapport de l’expert judiciaire nommé par le TGI d’Aurillac, qui devait être rendu le 31/12/19, n’a toujours pas été remis et ne le sera pas de sitôt.

En effet, il y a dorénavant 31 avocats autour de cette affaire, et le contradictoire (c’est-à-dire avoir en réponse aux commentaires des experts et avocats les arguments des uns et des autres) va être sans fin.

Nous sommes très inquiets pour l’avenir de Caleden qui, en effet, défend ses intérêts depuis le « départ » de M. Dolon. D’autant plus qu’ils n’ont plus leur équipe de maîtrise d’œuvre, ce qui ne leur permet plus d’avoir des arguments techniques de défense face aux demandes des parties adverses. Mais cela veut aussi dire que ces différents cabinets d’architecture, de bureau technique, etc. ont été payés du travail effectué pour le projet du Plan Thermal… Et là encore, une question demeure sans réponse : avec quel argent ? Celui que le Conseil départemental a débloqué en urgence sur leur budget primaire ? Ces fameux 700 000 euros ?

Les avocats disent qu’il est possible que la décision judiciaire concernant Caleden nous amène au plus tôt à 2024… Et pendant ce temps, l’économie de notre commune va s’effondrer inexorablement.

Le fait de laisser en stand-by ce dossier primordial pour Chaudes-Aigues, qu’on appelle notre cité « la pépite » ou « la perle du Cantal »*, démontre juste au mieux un manque de compétences, au pire un manque d’intérêt pour ce bout de Cantal si loin des grands axes politiques.

Toute cette affaire donne la sensation qu’ils défendent leur pré carré, c’est-à-dire leurs postes, leurs mandats, plutôt que de défendre les intérêts de notre commune en sauvant Caleden.

D’autant plus que maintenant, M. Achalme, le PDG de Caleden, va être à la fois occupé par sa campagne municipale et, s’il est élu, par la gestion de sa commune. Nous craignons qu’ajouter le manque de temps évident aux décisions malheureuses qu’il a déjà prises ne nous mène droit dans le mur… C’est le problème de la professionnalisation de nos politiques !

* Expressions utilisées par Mme Guibert et M. Faure lors de la cérémonie des vœux du maire à Chaudes-Aigues le 24 janvier 2020.