chaudes-aigues-village-developpement-cavd-caleden-stephane-chaudesaigues

Caleden devant le tribunal : les assurances contre-attaquent

1

Aujourd’hui, le compteur annonce plus de 430 jours de fermeture de l’espace thermoludique de Caleden.

2

Cette fermeture, décidée par le président directeur général de Caleden M. Didier Achalme, a été proposée par le bureau technique qui travaillait sur le projet du Plan Thermal (Bureau d’études Sylva Conseil).

3

La décision de M. Achalme de fermer n’est toujours pas validée par l’expert judiciaire mandaté par le Tribunal, ni par l’ensemble des bureaux d’étude et entreprises concernées par l’expertise : c’est une décision prise par M. Achalme sans contradictoire.

4

Aujourd’hui, Caleden est attaquée en justice par les assurances qui se refusent à payer pour des travaux qui ne sont pas seulement des réparations, mais un tout nouveau projet beaucoup plus onéreux. Les compagnies d’assurance n’acceptent pas la façon dont se déroule l’expertise actuelle. Cela sera donc une procédure sans fin et, contrairement à ce que dit M. Achalme, le calendrier ne sera jamais respecté.

5

Cette situation catastrophique aurait pu être évitée dès 2014 car, à cette date, l’expert judiciaire et l’entreprise de couverture avaient averti Caleden que des parties de la charpente étaient endommagées et que des solutions de ventilation devaient urgemment être trouvées. Mais la direction de Caleden n’a tenu aucun compte de ces avertissements, et a laissé la situation se détériorer de façon dramatique.

6

Comme le rapport de 2014 de l’expert judiciaire et celui de Sylva Conseil en 2018 (l’expert de Caleden) l’indiquent très clairement – malgré les propos alarmistes de M. Achalme sur France 3 ou un article récent écrit par un blogger local –, en aucun cas la charpente n’est pourrie. Seules quelques pièces sont endommagées et nécessitent d’être changées.

7

Ce qui, visuellement, peut faire peur dans l’état actuel de la partie thermoludique pour des gens qui n’ont aucune habitude des chantiers, c’est l’état dans lequel l’ont laissé les personnels de Caleden en enlevant la laine de verre ou la volige afin que les experts puissent observer l’intérieur de la charpente. Ces matériaux laissés dans les bassins donnent ainsi une vision désastreuse entrainant une mauvaise interprétation de la situation.

8

Nous savons que le directeur de Caleden M. Dolon a « démissionné ». Pourquoi ne pas avoir communiqué à ce sujet ? Quelle est la personne qui va reprendre ce poste ? Ne faudrait-il pas remplacer M. Dolon par deux types de directions : une direction technique pour gérer le centre thermal et thermoludique, et une direction commerciale pour gérer à la fois la station thermale de Chaudes-Aigues mais également le Lioran, pour avoir une communication plus globale et plus efficace économiquement ?

9

Le conseil départemental a voté le déblocage de 700 000 euros en faveur de Caleden, à rembourser sur deux ans. Comment est-il possible que Caleden, avec le thermoludisme fermé, puisse générer un chiffre d’affaires suffisamment important pour rembourser cette somme en deux ans ? S’ajoute au moins à ces créances, la somme de 300 000 euros avancée par la commune depuis plusieurs années et non encore remboursée.

10

Nous avons le droit de nous inquiéter de la situation financière de Caleden après les propos alarmistes de M. Achalme. À quoi vont précisément servir ces 700 000 euros ? Quelles sont les sommes véritablement déjà engagées par Caleden ? Sont-elles payées ? On sait que les échafaudages posés en prévision des travaux du futur Plan Thermal ont coûté 81 877 euros HT, et que les honoraires de la maitrise d’œuvre ayant travaillé sur le projet du futur Plan Thermal sont de 436 826 euros… Quelle est la situation financière de la société ?

11

Le Département a-t-il d’ores-et-déjà prévu dans ses budgets 2020 et 2021 de renflouer les caisses de Caleden à nouveau ? Sinon, comment va faire le centre thermal pour ne pas mettre la clé sous la porte ? Il est envisageable que la prochaine municipalité de Chaudes-Aigues propose une table ronde avec tous les acteurs concernés, dont les assureurs, pour trouver un accord, remettre en état la toiture, et rouvrir en quelques mois plutôt que de poursuivre des procédures interminables. C’est ce qui sera possible avec une nouvelle municipalité et donc de nouveaux conseillers municipaux, qui siégeront au conseil d’administration de Caleden et qui pourront ainsi œuvrer dans ce sens. En effet, la seule personne du conseil municipal actuel, M. Baumgartner, qui a tenté de poser des questions, s’est fait démettre de ses fonctions au conseil d’administration de Caleden – à la demande de M. Achalme – par le conseil municipal, à l’unanimité.

12

La mairie de Chaudes-Aigues détient presque 20 % des parts de Caleden… Pourquoi ne pas faire front afin de trouver des solutions pour rouvrir au plus vite, développer la clientèle et faire que les bénéfices puissent aussi être pour la commune ? La mairie est et doit être partie prenante des décisions et solutions.

13

Malgré les dires de certains, l’hôtel du Ban a été rénové en 2002-2003 avec plus d’un million d’euros de travaux effectués. Il aurait certes besoin d’un rafraichissement ; et d’ailleurs, nous nous demandons ce qui empêche les travaux de rénovation de l’hôtel de commencer… Peut-être que les plans n’ont pas été validés par le conseil d’administration de Caleden ou que, pour le moment, aucun budget ou subvention n’a été attribué pour cela, malgré les annonces tonitruantes en février 2019 de MM. Achalme et Dolon concernant le Plan Thermal, le Spa Premium, la rénovation de l’hôtel du Ban, et la transformation du centre thermal en station pleine nature, pleine santé.

14

À ce stade-là, les mots ne suffisent plus : il faut des actes concrets. Manifestement, le président directeur général Achalme n’est pas l’homme de la situation. Depuis le début de cette affaire, il a voulu faire rêver à la fois le personnel de Caleden et les Caldaguès en présentant un projet pharaonique. Or, depuis la chute de la lauze, tout a été remis en question. Pourquoi ?

15

Nous payons sans doute aujourd’hui les conséquences du redécoupage du canton de Neuvéglise et Chaudes-Aigues, avec une représentation d’élus qui ne savent pas gérer le dossier Caleden comme c’était le cas auparavant. M. Achalme est-il vraiment la personne qu’il nous fallait en qualité de conseiller départemental du canton de Massiac ? D’ailleurs, à quoi nous servent les élus Jean-Jacques Monloubou et Céline Charriaud ? La seule solution, celle que nous avons déjà évoquée, est que M. Bruno Faure prenne la présidence de la SAEM Caleden. Il est en effet le seul qui puisse nous sortir de cette impasse. Il est l’homme Faure de la situation.

On ne peut que constater que toutes les interventions de M. Achalme n’ont été jusqu’à présent que du vent…